Prochaine parution: couverture, titre et résumé (et date !)

Autant commencer tout de suite par vous assurer qu’il ne s’agit pas d’un poisson d’avril. Je voulais rédiger cette note plus tôt, je n’en ai simplement pas eu le temps, d’où la date un peu suspecte.

#LesbianRhapsody, publié par Harlequin HQN, a enfin un titre, une couverture, un résumé ET une date de parution !

Je suis donc très heureuse de vous présenter Queen of Love, disponible dans vos liseuses dès le 25 avril !

HQN_QUEENOFLOVE_EBK_1COUV

Personnellement, le titre et la couverture me plaisent beaucoup. J’adore les couleurs, et ça convient très bien à mon histoire.

La 4ème de couverture (il faut que je perde l’habitude de dire « résumé ») :

Pourquoi est-elle obsédée par sa rencontre avec cette femme ? Depuis que Juliet a malencontreusement percuté celle qu’elle a depuis surnommé Miss Glaçon, elle ne peut s’empêcher de penser à elle. Une beauté à la peau aussi blanche que la sienne est noire, aux cheveux aussi lisses que les siens sont crépus, et qui dégage une telle froideur ! Voilà un glaçon que Juliet aimerait bien faire fondre… Mais, lorsqu’elle découvre que son inconnue s’appelle en réalité Reagan et qu’il s’agit de sa nouvelle chef, l’excitation de la revoir se mêle à l’appréhension… car leur cohabitation s’annonce très électrique.

Alors, qu’en pensez-vous ?

Mais ce n’est pas tout ! Il me reste encore à annoncer la création de ma page auteure sur Facebook,  Amélie Voyard-Venant ! (certes, je n’ai pas fait dans l’original)

J’y serai (je l’espère ?) un peu plus active qu’ici, notamment avec de brêves mises à jour sur mes projets en cours. Mais je ne délaisse pas ce blog pour autant, loin de là ! Ici, je posterai des articles plus longs et plus poussés (j’en ai d’ailleurs au moins un de prévu pour très bientôt, patience !).

Bref, n’hésitez pas à suivre les deux si vous voulez me lire davantage ! Et merci !

Publicités

Et donc, en 2016…

Bonne année !

Je suis en train de terminer mon bilan lecture, qui devrait être posté dans la semaine. En attendant, vu que les circonstances s’y prêtent, autant démarrer 2016 avec une annonce !

Vu la nature de ce blog, vous vous doutez certainement de ce qui va venir. Eh oui : en 2016, je vais publier un nouveau texte !

Toujours de la romance.

Toujours en numérique.

Toujours sur format assez court (plutôt novella ici).

Et cette fois-ci, ce sera… du F/F ! J’en avais déjà vaguement parlé ici, sous le nom de code Lesbian Rhapsody. C’est une histoire qui me tient beaucoup à coeur (certes, c’est un peu le cas de toutes mes histoires, mais quand même), et j’ai eu la chance qu’elle ait retenu l’attention… de Harlequin ! Plus précisément de la collection HQN, qui publie des auteur-e-s francophones, en numérique. Je rejoins ainsi des gens que j’estime énormément, et c’est super cool !

Je ne peux pas vraiment en dire plus pour le moment, je n’ai pas encore de date ou de titre définitif. Mais j’en reparlerai, c’est certain.

Et je termine avec la très chouette initiative de mon désormais collègue Gilles Milo-Vacéri, à savoir une page recensant les auteur-e-s HQN et leurs informations. Je vous invite ainsi à aller découvrir les Plumes Harlequin, parmi lesquels vous reconnaîtrez certainement quelques noms ! Beaucoup de gens à suivre…

Voilà pour les annonces. Je vous retrouve donc très bientôt avec le bilan lecture, et je ne manquerai pas de vous donner des nouvelles de ma prochaine publication.

Premier jet, dernier jour

Il est presque 14h.

Aujourd’hui, je termine mon premier jet pour ma romance F/F. Plus que trois jours avant la deadline, j’aurai le temps de laisser reposer ça un peu, de tout relire, de modifier une ou deux choses.

J’ai 27424 mots. Encore à peu près 1500, un chapitre (l’épilogue est déjà écrit), deux gross scènes et c’est fini.

J’ai 27424 mots et je doute. Tout d’un coup, tout ça me paraît nul. Les défauts de mon texte m’apparaissent flagrants et irrémédiables. Ce n’est pas la première fois que ça arrive, sur cette histoire-là ou sur une autre, d’ailleurs. Ce n’est pas non plus la première fois que ça m’arrive « au dernier moment », donc je sais que je vais pouvoir dépasser cette angoisse. Je sais que j’arriverai à écrire les mots qui me manquent.

Il est 13h56 et, soyons honnête : je procrastine. Si je tape mes états d’âmes ici, au lieu de me consacrer à mes personnages, ce n’est pas seulement pour en garder une trace, ou « montrer que les auteurs sont humains ». Non, le truc, c’est que je suis à un clic d’une page que je dois remplir, d’une lettre qui me paraît tour à tour incohérente, pas suffisante pour exprimer ce que ressent le perso, ou pour émouvoir son interlocutrice, à plus forte raison mon lecteur, ma lectrice…

Mais il faut que j’y aille. On en reparlera dans quelques heures, et on en rira, de mes excuses, des récompenses que je me promets (finis le texte, puis tu pourras finir ton puzzle ! Et ce soir tu ouvriras cette mini-bouteille de vin blanc que tu gardes au frigo depuis un ou deux mois en attendant « une bonne occasion » !). Le retravail à faire avant d’envoyer ne me paraîtra plus si inatteignable.

Allez, j’y vais. On se retrouve dans quelques heures.

* * *

Il est 20h13 et rien ne s’est passé comme prévu.

J’ai écrit. J’ai eu du mal mais j’ai écrit. Puis j’ai pris une pause. Et une prise dans ma cuisine a explosé (tout le monde va bien, ça n’a pas créé d’incendie ni rien, juste un gros « pop » et un flash de lumière, pendant que je m’étais baissée pour ramasser quelque chose). Du coup, ma pause s’est transformé en plusieurs heures de diagnostique (alors ça vient pas du micro-ondes, pas de la rallonge, ah c’est peut-être le lave-vaisselle, ah non finalement c’est bien la prise),  ménage (pour faire venir les proprios), petites courses. Puis il a fallu préparer le dîner, à deux ça va plus vite mais bon ça prend du temps quand même, surtout quand on continue de ranger des choses en même temps.

J’ai réussi à m’y remettre, après avoir digéré le fait que ma journée ne s’était pas déroulée comme prévu.

Bref, il est un peu après huit heures et j’ai fini mon texte.

Il y aura peut-être une scène à rajouter, mais je ne pense pas qu’elle soit nécessaire – je retravaillerai plutôt l’épilogue. Il faut aussi que je me fasse ne frise chronologique pour vérifier que tout colle bien. Et, bien entendu, tout relire. Là, je viens de remplacer tous les tirets bas par des cadratins (j’ai trop l’habitude d’utiliser les tirets bas pour les dialogues, c’est plus simple de remplacer après coup), c’est déjà ça de fait.

Mais surtout, d’abord, laisser reposer.

J’ai 28532 mots. Demain, voire après-demain soir, j’en aurai peut-être un tout petit peu plus, ou un tout petit peu moins. Ce que j’ai, là, surtout, c’est un premier jet, à propos duquel je me sens… neutre. Pas aussi mécontente que tout à l’heure, mais pas super contente non plus. En fait, je ne réalise même pas que j’ai fini, pas complètement.

Et pourtant, je l’ai fait. En soi, c’est déjà une belle victoire.

You win or you die (bon peut-être pas quand même)

Je l’avais bien dit, que ce mois d’avril passerait trop vite… nous voilà officiellement en mai, le premier CampNaNo de 2014 est terminé, mon anniversaire tombe dans huit jours et je n’ai toujours pas envoyé mon dossier au Teaching Council (il me manque encore un document).

Qu’en est-il de l’écriture ? Ai-je réussi mon unique objectif du mois, à savoir écrire 20 000 mots dans le cadre du CampNaNoWriMo ?

Le suspense est intenable…

Lire la suite

CampNaNo : plus que trois jours, argh !

Quatre en comptant celui-ci. Et comme vous pouvez le deviner à mon titre, je suis un peu en retard.

J’avais pourtant commencé par bien me rattraper (j’ai même eu 50 mots d’avance pendant un petit quart d’heure dans la nuit de dimanche à lundi), mais ma semaine a été mouvementée (en même temps c’était prévu) et je n’ai réussi à écrire que par intermittence (ça ça l’était moins). Le week-end est arrivé très vite, et j’ai moins eu l’occasion d’écrire.

Depuis la semaine dernière, j’ai travaillé exclusivement sur Lesbian Rhapsody.  J’en suis désormais à presque 11 000 mots, et j’attaque le deuxième tiers de mon histoire, donc tout va bien. Au passage, si vous avez des recommandations de lecture en chick lit (lesbienne ou non), histoire de me mettre dans le bain, je prends !

Total au 27 avril (matin) : 15796 (soit +3142)

Je devrais en être à : 18000

Soit 2204 mots de retard, sachant que je n’ai encore rien écrit aujourd’hui et je peux espérer faire au moins 600-700 mots avant d’aller bosser. Et normalement je suis libre les trois prochains jours. C’est jouable.

On se retrouve après mercredi pour le bilan du mois !

CampNaNo d’avril : mise au point

Tout d’abord, je tiens à dire un grand MERCI à tou-te-s mes lectrices/lecteurs : je suis dans le top 100 Amazon de plusieurs catégories, dont la Littérature sentimentale (Pauline Libersart et son Amelia me devancent systématiquement, et j’ai également croisé d’autres œuvres de chez Laska, ce qui fait plaisir à voir !).

Ce mois-ci, je participe donc au CampNaNoWriMo, un défi consistant à écrire un certain nombre de mots, qu’on s’est fixés, dans un délai de 30 jours (du 1er au 30 avril inclus pour cette session). Je m’étais donnée pour but d’écrire 20 000 mots, voyons donc où j’en suis, et, surtout, ce que j’écris…

Lire la suite