CampNaNo 2016, première partie

Qui dit avril, dit CampNaNoWriMo ! En 2014, c’était justement ce défi d’écriture qui m’avait permis d’entamer Queen of Love. Les éditions suivantes n’avaient pas été très fructueuses, mais qu’à cela ne tienne, je persévère !

L’avantage du CampNaNo, c’est qu’on peut se fixer son propre objectif. Certains visent 50 000 mots pour s’entraîner avant novembre et le « vrai » NaNoWriMo ». D’autres, comme moi, mettent la barre plus bas.

Lire la suite

Publicités

Bilan écriture : 2015

Il y a peu de chance que j’écrive énormément dans les jours qui viennent, donc autant faire le bilan maintenant histoire de ne pas le zapper contrairement à l’année dernière !

WP_20151130_15_57_29_Pro

Joyeuses Fêtes, au passage !

Bon, autant le dire tout de suite : 2015 aura été une année plutôt pauvre en écriture, en grosse partie parce que riche en plein d’autres choses. Ce n’est pas si mal, après tout, il faut bien me faire à l’idée que j’écris par phases, et c’est comme ça.

J’ai commencé quelques projets par-ci par-là, une romance contemporaine au printemps, un texte avec des zombies en été. Autant de choses que je pourrai éventuellement reprendre quand le temps et l’inspiration me reviendront, d’autant plus que j’ai eu la sagesse d’esprit d’écrire mon esquisse de plan quelque part.

Sans aucune surprise, le plus gros mois aura été novembre. Bonne nouvelle, déjà : j’ai gagné le NaNo ! Et ma novella dont je pensais qu’elle se finirait après 30-35K aura finalement atteint les 38 000 mots ! Bon, évidemment, il faudra retravailler tout ça, pour l’instant je ne peux même pas envisager d’ouvrir le fichier, mais je m’y remettrai un jour, que ça prenne des mois ou des années.

J’ai terminé le défi en reprenant le roman entamé l’année dernière à la même période. Je ne l’ai toujours pas fini, mais au moins j’ai avancé de 12K, ce qui est toujours bon à prendre, et il ne me reste pas grand chose. Je bouclerai sans doute ça lors de ma prochaine phase d’inspiration !

bithewaystats

L’autre victoire de 2015, ça aura été de reprendre et retravailler mon plus gros roman (90 000 mots, ça en jette !). Je suis loin d’avoir terminé, mais j’ai fait le gros du travail de fond. Ne reste plus qu’à repasser sur la forme en rechangeant un ou deux trucs par-ci par-là, puis une ou deux bétas, puis une dernière lecture, avant d’entrer dans la danse des soumissions de manuscrit. Je ne sais pas combien de temps tout ça me prendra, mais c’est toujours bien d’en être arrivée là.

J’ignore ce que me réservera 2016. Enfin, non, pas tout à fait, mais côté écriture. Est-ce que j’aurai beaucoup d’inspiration ? Combien de textes est-ce que je bouclerai ? Quelles nouvelles idées me sauteront dessus ? Réussirai-je à revenir sur d’autres romans pour les retravailler enfin ?

Je ne m’inquiète pas trop, néanmoins. Quel que soit mon rythme, je sais que je vais vers l’avant.

Nanowrimo 2015

Pas de surprise : cette année encore, je participe au NaNoWriMo (vous savez, ce défi qui consiste à écrire 50 000 mots sur le mois de novembre… suivez le tag pour voir où j’en ai déjà parlé).

En revanche, autant prévenir tout de suite : je doute très fortement d’être capable de battre mon record de l’année précédente (70K et des broutilles). Ne serait-ce que parce que mon texte sera très différent.

  • Déjà, il s’agit d’une romance contemporaine. C’est donc la première fois en 9 (!) participations que mon récit ne comportera aucun élément surnaturel. Pas de description de monstres, de créatures, pas de lois de l’univers ou de la magie à établir, donc pas mal de mots en moins.
  • Ensuite, et là aussi c’est une première pour ce challenge : un point de vue interne unique (à la troisième personne). Bon, j’avoue, je me réserve quand même le droit d’en ajouter un deuxième si vraiment je galère trop, parce que le but c’est d’écrire, pas de stresser devant une page blanche.

Cela signifie quand même que mes outils habituels pour faire avancer le compteur et me débrider l’imagination (les personnages/points de vues multiples, la narration non-linéaire, le surnaturel à décrire et à faire vivre) ne me seront d’aucune utilité cette fois-ci.

Mais ça ne veut pas dire que je serai complètement dépourvue non plus.

Ne serait-ce que parce que mon texte est différent de mes Nanos habituels pour une autre raison : c’est une suite ! Enfin, plus exactement, je reprends les personnages d’une novella, en me concentrant plus particulièrement sur l’un d’entre eux… l’une d’entre elles, même. Du coup, j’ai déjà moins à faire côté préparation, vu que je connais mes protagonistes.

Enfin, je ne compte pas atteindre les 50K avec cette histoire (mais si je le fais, tant mieux). Je vise plutôt les 30K, et les 20 suivants seront consacrés à une autre : au hasard, le texte entamé en Tourraine il y a quelques mois. Ou un autre projet, en fonction de mon inspiration.

Voilà pour novembre. Me reste encore à préparer ma playlist, le fichier de statistiques. Pas de Scrivener cette année : pour les histoires pas trop complexes, je m’en tiens à OpenOffice. Déjà, j’ai relu le premier tome de ma série, en notant tout ce qui concernait Sinead, sur qui j’écrirai donc, ainsi que tout ce qui pourrait m’être utile.

Pour être tout à fait honnête, j’ai un peu de mal à réaliser que le Nano est déjà là. En même temps, comme chaque année, j’ai vraiment hâte de commencer… et de finir, si possible avec (au moins) un premier jet entier dans le disque dur !

Une photo des falaises de Moher, dans le Burren. J’y enverrai peut-être mes protagonistes…

Sorry I’m late !

Huit jours de retard pour le bilan d’octobre, du jamais vu ! Et bien évidemment, l’explication tient en un acronyme : NaNoWriMo. Je suis assez contente de mon départ, même s’il n’était pas aussi impressionnant que d’autres années. Depuis le 1er novembre, j’écris en moyenne 1800 mots par jour, et jusqu’à présent j’ai écrit tous les jours !

Je « nanote » majoritairement de chez moi (le chat du groupe NaNo français aide beaucoup), mais j’ai réussi à participer à un « write-in » (regroupement de nanoteurs) à Galway la semaine dernière. Je devrais y retourner ce jeudi, et peut-être les suivants. J’aime beaucoup ces petites réunions, on avance bien, tous ensemble, et c’est l’occasion de retrouver des gens que je ne vois que… bah, une fois par an, en général.

Côté « satisfaction », c’est difficile à dire. Par moments je trouve que ce que j’écris n’est pas trop mal (à l’exception des phrases estampillées « (MOCHE) » qu’il me faudra nécessairement réécrire, mais que je laisse de côté pour l’instant histoire d’avancer)… mais il y a bien évidemment des fois où j’ai envie de laisser tomber parce que c’est trop nul, quoi. Le truc, c’est de persévérer malgré tout. Après tout, j’ai déjà plus de 16 000 mots, ce serait bête d’arrêter là !

Bref, voilà pour la mise à jour « NaNo » (j’essaierai d’en faire au moins une autre au cours du mois), passons au bilan !

Lire la suite

NaNoPréparation

Cette année encore, je participe au NaNoWriMo, challenge qui met quiconque le souhaite au défi d’écrire 50 000 mots en novembre. Vu que je risque disparaître pour ce mois, je me suis dit que ce serait sympa d’écrire au moins un article à ce propos sur ce blog.

Il faut savoir que, d’habitude, ma préparation du NaNo est plutôt… légère. Je me dis toujours que je vais faire un plan, mais en fin de compte je me contente de faire le fancast de mes personnages, voire des mini-fiches pour certains d’entre eux, et je rassemble tout ça sur un Tumblr. Si je suis vraiment motivée, je prépare la musique (sinon, c’est à elle que je consacre ma première panne d’inspiration du 1er novembre). Les recherches attendent que je sois coincée.

Et 2014… ne fait pas exception. Enfin, quoique, j’ai quand même préparé le fichier Scrivener (un logiciel assez sympa gratuit d’utilisation pendant le NaNo, et dont j’ai acheté la version complète il y a 2 ans, en profitant d’une réduction offerte aux gagnants), trouvé la ville où tout ça va se dérouler et noté deux trois choses dessus, et décidé de l’origine d’une partie de mes persos.

Ma playlist youtube est également prête – il faut encore que j’en fasse une sur mon ordinateur, pour quand je n’aurai pas accès à Internet : c’est souvent le cas pendant les write-ins, les réunions de nanoteurs.

J’ai également trouvé quelques images pour m’inspirer… (je vous laisse deviner de quoi ça va parler !)

Initiation Ritual, par Emile Denis: http://emile-denis.blogspot.ie/2012/05/initiation-ritual.html

Initiation Ritual, par Emile Denis

… notamment, et surtout, des images d’acteurs/actrices représentant mes persos, bref, du « fancast ». Il faut savoir que je n’ai pas une très bonne mémoire visuelle, voire que je ne suis « pas très visuelle » de manière générale, donc les descriptions ont tendance à me poser pas mal de difficultés. Avoir quelques images de références m’aide beaucoup sur ce plan-là. D’autre part, faire ce genre de recherches m’amène à m’interroger sur mes personnages, leur personnalité, mais aussi leur passé.

C’est d’autant plus important cette année que je n’ai pas tant de personnages que ça. D’habitude, j’en compte au moins une bonne dizaine de principaux (avec au moins 4 ou 5 sur lesquels je me concentre un peu plus). J’aime les « gros castings », ça me permet de jouer avec des personnalités et des motivations variées, et d’imaginer divers types de relations.

Cette fois-ci, cependant, j’avais commencé par imaginer mon histoire comme une romance paranormale (je pensais même partir sur de la première personne au départ), et même si je m’en suis éloignée un peu pour élargir l’intrigue, elle reste centrée sur deux personnages uniquement, avec moins d’une dizaine d’autres autour. Je change donc de tactique : plutôt que d’utiliser un grand nombre de points de vue pour « faire des mots » (même si c’est plus compliqué que ça, bien sûr), je dois écrire plus à partir des quelques points de vue que j’ai.

Stock photo libre de droit, je n'ai malheureusement pas noté sur quel site je l'ai trouvée.

Stock photo libre de droit, je n’ai malheureusement pas noté sur quel site je l’ai trouvée.

En 2014, donc, comme en 2013 (année où j’ai perdu) ou en 2012 (année où j’ai gagné), je pars avec une idée d’intrigue, deux ou trois scènes, des personnages définis (ce qui n’exclut pas que des petits nouveaux s’invitent au dernier moment, ça m’arrive régulièrement), mais rien de plus.

J’ai hâte de voir où ça va me mener !