Chercher « la jeune femme » (ou : Corrections et focalisation)

À l’école, j’ai appris qu’en français, il fallait absolument éviter les répétitions. Très tôt, j’ai donc pris quelques habitudes d’écriture pour ce faire. Principalement, je remplaçais les noms de mes personnages par des qualificatifs (sans grande originalité : la couleur des cheveux, des yeux, beaucoup de « la jeune fille », « le jeune homme »).

On avance de dix-quinze ans et je me rends compte que non, ce n’est pas possible.

Pas que ça ne marche jamais, loin de là ! Mais dans ce que j’écris, moi qui utilise beaucoup la focalisation interne, ça ne va pas. Ça ne va pas du tout.

Valéry K. Baran a écrit il y a quelques temps un bon article pour expliquer ces histoires de point de vue interne/externe. En gros, quand on écrit du point de vue interne, y compris à la troisième personne, il faut faire attention à plusieurs choses, et notamment, à éviter les expressions du genre « le blond » ou « la jeune femme » pour parler de personnages connus. Dans ma tête, quand je pense à mes amis, je ne pense pas « le blond » ! Eh bien il n’y a pas de raison que ça ne fonctionne pas pareil pour mes personnages.

Bref, après lecture de cet article et diverses discussions, je pensais que j’avais compris le truc.

Il m’aura fallu les corrections de Queen of Love pour me rendre compte d’à quel point j’avais tort.

(Ceci est un article avec des gifs.)

Lire la suite

Dot, dot, dot

Commençons par la nouvelle du jour: la couverture de ma prochaine parution est là !!

 

10450143_766111833409368_3355330264203858089_n

Réalisée par Jeanne Corvellec, mon éditrice, qui a encore une fois fait un super boulot !

Vous en pensez quoi ? Moi, j’adore !

Pour rappel, la novella sort le 24 juillet pour les abonnés Laska, et le 1er septembre chez les revendeurs.

Je viens d’ailleurs d’en terminer la première vague de corrections ! Ce ne fut pas aussi ardu que pour Chimères, gangsters et informatique, fort heureusement, mais il y avait quand même pas mal à débroussailler.

J’aurai notamment appris :

  • Qu’il faut VRAIMENT que je me calme sur les points de suspension. J’ai fait le compte pour m’amuser : le document original en comportait 477, pour 73 pages ! La version corrigée, 359… il va falloir que j’en supprime encore un certain nombre.
  • Que « quoi qu’il en soit » ne s’écrit pas en trois mots (j’étais persuadée que c’était « quoiqu’il »). Même chose pour « quoi que ».
  • Qu’on écrit l’heure avec des espaces insécables : 23-h-30.
  • Quand il faut mettre des points cardinaux, et surtout quand il ne faut pas en metre.

Il y aura eu aussi des grands moments de WTF, comme mon « homme d’âge mur ». Je n’ai pensé à faire que deux captures d’écran :

WTFMélie1

Petit problème de syntaxe.

WTFMélie2

Puis il la refermit.

Bref, j’ai pas mal facepalmé. Mais toutes ces corrections me seront utiles pour mes prochains textes, afin d’éviter de commettre les mêmes erreurs ! Du moins, je l’espère.

La prochaine étape, c’est de revenir sur certaines expressions qui ne m’ont pas satisfaite jusque là (rappelez-vous : je les surligne pour pouvoir les retrouver plus facilement…). Enfin, je passerai le tout à Repetition Detector, avant une ultime relecture. J’estime avoir fini d’ici une dizaine de jours, sauf imprévus.

Il ne restera plus qu’à attendre la date fatidique…

Des journées bien chargées

En ce moment, c’est : corrections, écriture et Orange is the new black quand j’ai accès à l’ordinateur (oui, je sais, ce n’était pas vraiment le moment de me lancer dans une nouvelle série) ; lecture, cuisine et Bioshock 2 quand je dois faire sans.

Parlons corrections un moment. Elles sont en fait purement linguistiques : j’ai bien eu quelques modifications à faire du point de vue du fond, mais ça, c’était en avril (le fameux code NEB pendant mon CampNaNo ;-p). Je travaille donc sur une V2, qui a été vérifiée par une correctrice.

En gros, ça donne ça:

correcblog

Sauf que je travaille sur une page à chaque fois, bien sûr (j’ai pas de supers yeux).

Vous avez donc les commentaires à droite indiquant ce qui ne va pas, et les modifications proposées sont indiquées directement sur le texte (ce qu’on voit mal vu que j’ai flouté le tout, pas que ce soit un moment hyper important de la novella mais quand même XD). Les passages surlignés sont ceux que je compte retravailler plus tard, lorsque tout le reste aura été corrigé, parce que des fois la bonne solution ne me vient pas tout de suite.

Une fois que j’aurai fait le tour de tout ça et réglé les trucs surlignés, je passerai le tout à Repetition Detector… mais c’est pas pour tout de suite.

Dans les gros problèmes de ce texte, je note :

  • que j’ai vraiment abusé des points de suspension… ;
  • beaucoup de « alors », jusqu’à trois par paragraphe o.O ;
  • je m’améliore un peu sur les auxiliaires mais il reste quand même pas mal de répétitions.

 

Autant de choses auxquelles je vais faire attention sur mes prochains textes !

 

Et je vous laisse avec une image qui n’a rien à voir avec le schmilblik : un chat (le mien) dans une boîte.

If I fits I sits, Havok edition.

If I fits I sits, Havok edition.

You win or you die (bon peut-être pas quand même)

Je l’avais bien dit, que ce mois d’avril passerait trop vite… nous voilà officiellement en mai, le premier CampNaNo de 2014 est terminé, mon anniversaire tombe dans huit jours et je n’ai toujours pas envoyé mon dossier au Teaching Council (il me manque encore un document).

Qu’en est-il de l’écriture ? Ai-je réussi mon unique objectif du mois, à savoir écrire 20 000 mots dans le cadre du CampNaNoWriMo ?

Le suspense est intenable…

Lire la suite

CampNaNo d’avril : mise au point

Tout d’abord, je tiens à dire un grand MERCI à tou-te-s mes lectrices/lecteurs : je suis dans le top 100 Amazon de plusieurs catégories, dont la Littérature sentimentale (Pauline Libersart et son Amelia me devancent systématiquement, et j’ai également croisé d’autres œuvres de chez Laska, ce qui fait plaisir à voir !).

Ce mois-ci, je participe donc au CampNaNoWriMo, un défi consistant à écrire un certain nombre de mots, qu’on s’est fixés, dans un délai de 30 jours (du 1er au 30 avril inclus pour cette session). Je m’étais donnée pour but d’écrire 20 000 mots, voyons donc où j’en suis, et, surtout, ce que j’écris…

Lire la suite

Février est un mois très court

Alors certes, deux, trois jours, ça ne fait pas forcément une grande différence, dans les faits. Mais psychologiquement, c’est autre chose… On se retrouve avec un mois qui passe bien trop vite. Surtout quand on a mal au dos (ce qui n’aide pas la motivation).

Pourtant, du point de vue « bilan personnel », je ne suis pas mécontente de moi. L’arrivée d’un temps moins mauvais (à défaut de pouvoir dire « beau ») m’a permise quelques jolies balades, nous en faisons d’ailleurs de plus en plus souvent. Côté bonnes habitudes, je me suis également remise à voir des films, notamment des « vieux films » – bref, je suis retombée en plein dans ma passion pour le cinéma juste à temps pour les Oscars (je n’en parle pas plus aujourd’hui pour ne spoiler personne sur les résultats d’hier).

Ce qui ne m’empêche pas de regarder toujours plein de séries : j’ai repris True Detective (j’ai bien fait), j’avance dans Sleepy Hollow et la saison 2 de Hannibal me rend absolument extatique (oui, je sais, on n’a eu qu’un seul épisode, mais \o/). En plus, les hiatus divers et variés semblent être terminés pour la plupart de nos séries : il va y avoir de quoi regarder en mars…

Oh, et, à part ça, j’ai fini le jeu vidéo The Last of Us dont je parlais ici… oh que c’était bien.

Hannibal - Season 1

Hannibal

Mais passons aux choses sérieuses.

Lire la suite