Lectures de mon enfance : Les Frousses de Zoé

J’inaugure ici une nouvelle catégorie, car j’ai envie de parler des lectures qui ont marqué mon enfance. Petite, je lisais déjà beaucoup (peut-être encore plus que maintenant en fait). Avant même de rentrer au CP, je dévorais livre après livre. Mes années à l’école primaire m’ont vue parcourir la bibliothèque de ma mère (et quand y en avait plus, mon grand-père allait ouvrir un carton à la cave et en sortait encore) et constituer la mienne, notamment grâce à la collection Bibliothèque Rose (mais aussi un peu de Bibliothèque Verte, notamment la série des Six Compagnons de Paul-Jacques Bonzon, que mon père m’a fait découvrir).

De nos jours, et à mon grand désespoir, la Bibliothèque Rose a été reconvertie en « collection pour les filles » tandis que la Bibliothèque Verte est devenue une « collection pour les garçons ». De mon temps, il s’agissait simplement d’une division par difficulté, et à ce que je sache, ça n’a jamais gêné aucun garçon de lire un livre un peu rose sur les bords. Enfin, le marketing genré a encore de beaux jours devant lui j’imagine >_>

Bref, il y a un peu moins d’une vingtaine d’années on me voyait rarement sans un livre comme ça entre les mains :

9782012096745FS

Une autre série que j’ai adorée: les Drôles de Danseuses de Jahnna N. Malcolm

Pour entamer cette série d’articles, il eût été logique de me pencher sur les Fantômette de Georges Chaulet, ma première grande passion issue de cette collection… mais j’ai préféré commencer par un autre grand amour : Zoé.

?mionÆh'lionÄrú

Mon premier Chair de poule…

Depuis très jeune, j’aime me faire peur… mais un petit peu, et en gardant un certain contrôle. Petite, je lisais le Télé Star ainsi que le journal de Canal + en me concentrant sur les résumés de films d’horreur. Plus tard, j’ai fait pareil avec le dos des Stephen King (j’ai mis un certain temps avant de me lancer et d’en lire un, faut dire aussi que personne dans ma famille n’en avait dans sa bibliothèque, et je n’osais pas trop en commander pour mon anniversaire, aussi je me suis repliée sur le CDI du collège). Encore de nos jours, j’aime lire les synopsis entiers de films d’horreur dont je sais que je ne vais pas les voir (parce qu’ils ont l’air trop gore, ou trop flippants, ou parce que je n’ai pas envie de perdre deux heures de ma vie à les regarder). Ce n’est pas que le frisson qui m’intéresse: il y a aussi une certaine curiosité, la recherche du twist.

Bref, avant Stephen King, il y a eu les Chair de Poule de R.L. Stine, et avant R. L. Stine, il y a eu Gudule.

Auteure de nombreux romans pour des lecteurs d’âges divers, Anne Duguël, dite Gudule, a notamment écrit pas mal d’histoires horrifiantes, absolument affreuses (ça se sent que je suis encore traumatisée par Repas éternel ?). Les Frousses de Zoé, en revanche, sont clairement destinées à un public jeunes, et donc beaucoup plus soft.

Faute de page officielle pour la série, et vu que je n’ai pas accès à mes livres, je suis incapable de vous dire quel tome a été publié le premier. Néanmoins, je me souviens parfaitement du premier livre que moi, j’ai découvert.

Premier lu : Le 51XGHY1SR1L._SL500_AA300_dentiste est un vampire

Il faut savoir que quand j’avais à peu près trois ans, mes parents me lisaient beaucoup Un bébé pour Gudule, de Fanny Joly et Roser Capdevila (je vous laisse deviner pourquoi ; au passage, vive Internet qui me permet de retrouver le titre de ce livre chéri ET d’apprendre qu’il s’agissait en fait du premier tome d’une série). Quand la mère de Gudule s’apprête à accoucher, cette dernière se retrouve seule avec son père et ils passent une semaine à manger des broccolis.

Quatre ou cinq ans plus tard, ma maman à moi m’a acheté Le dentiste est un vampire parce que « oh, regarde, l’auteur s’appelle Gudule ! Tu te souviens, Gudule et les broccolis ? »

Et c’est comme ça que j’ai découvert Zoé.

Zoé, c’est une petite fille qui vit avec ses parents, son frère ado insupportable et son chien. Il lui arrive régulièrement des aventures incroyables et assez inquiétantes : dans ce tome-ci, par exemple, elle soupçonne son dentiste d’être un vampire (vu le titre, je suis certaine que vous ne l’auriez jamais deviné !).

D’après mes souvenirs, à la fin de chaque livre on découvre qu’il s’agissait en fait d’un rêve, ou d’une hallucination (à la place des parents de Zoé, je m’inquièterais un peu XD).

J’aimais vraiment beaucoup cette série et son héroïne attachante, les histoires ne me faisaient pas vraiment peur mais m’intéressaient beaucoup.

51X5171AFWL._SL500_AA300_

Zoé découvre que le Père Noël vient d’une autre planète. Il y a de quoi lui faire dresser les cheveux sur la tête…

Mon préféré de l’époque : Le père Noël est un extra-terrestre

Lu en plein dans ma période « espace et aliens », donc forcément ! Il me semble d’ailleurs que c’est dans celui-là que j’ai appris ce que signifiait « onomatopée ».

Petite anecdote : à l’époque, j’étais en CE2, et nous avons passé plusieurs semaines à créer un livre de toutes pièces. Histoire, illustrations, calligraphie… j’en garde vraiment un excellent souvenir. Il y a même eu un vernissage à l’école ! C’était l’histoire de livres imprimés avec une encre magique et qui aspirent les lecteurs dans leur monde. Bref, Le père Noël est un extra-terrestre m’a inspiré une idée de scène, et si je me souviens bien elle a été retenue !

51ERKM2NCNL._SL500_AA300_

Il suffit que Zoé s’absente un moment pour que rien ne soit plus comme avant : son frère devient plus que gentil et son père plus que méchant. Et si la famille de Zoé avait un double ? Cela signifierait alors qu’il existe aussi une autre Zoé ?

Celui qui m’a le plus marquée : Zoé contre Zoé.

Le thème du double maléfique n’est pas rare dans la littérature jeunesse (et pas que d’ailleurs), mais il me semble que c’était la première fois que je le rencontrais.

Ici, tout est inversé : les parents d’habitue sympas sont horribles, le frère embêtant hyper gentil. J’avais été assez frappée par la violence de la deuxième famille, du coup je me souviens assez bien du bouquin même quinze ans plus tard.

Je ne suis pas une grande fan du thème du doppelgänger, mais là c’était vraiment bien traité. Maintenant, je pense à Coraline, de Neil Gaiman, autre excellent livre jeunesse qui l’utilise…

Et voilà, c’était donc mon amour pour Zoé la Trouille.

Mémoire défectueuse oblige, je ne me rappelle pas de tous les livres. Il m’en reste néanmoins quelques souvenirs, qu’il s’agisse d’impressions ou de scènes entières.

Et vous, est-ce que vous aim(i)ez vous faire peur ? Quelles étaient vos séries favorites, enfant ? Et surtout : connaissiez-vous Zoé la Trouille ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s