Toile de lecture

Je vous l’avais promis il y a quelques temps : aujourd’hui je vais parler d’outils offerts par Internet, plus précisément ceux qui ont un rapport avec la lecture.

Il ne s’agit pas ici de parler de liseuse, même si en avoir une peut être une aide. Non, en fait, je cherche plutôt à mettre en avant des outils gratuits et accessibles à tous qui peuvent permettre ou accompagner la lecture.

1. Lire des livres gratuits

Sites qui donnent accès aux œuvres du domaine public

Comme vous le savez peut-être, un certain nombre d’œuvres de tous genres sont disponibles en ligne gratuitement et légalement. Il s’agit généralement de « classiques », ou tout simplement de textes qui sont tombées dans le domaine public.

Par exemple, le site du Projet Gutenberg met plusieurs milliers d’ebooks à votre disposition. Je dis ebooks, mais si vous n’avez pas de liseuse, les textes sont disponibles en plusieurs formats, y compris HTML (vous pouvez donc les lire en ligne) et texte brut (pour les garder sur votre ordinateur). Personnellement, le site m’a beaucoup aidée quand j’étais étudiante, notamment en prépa : plutôt que d’acheter des livres de philo, par exemple, je lisais Hobbes et Platon sur le site, ou les téléchargeais sur Captain Jack (mon ordi de l’époque).

Je suis consciente que la lecture sur écran n’est pas l’idéal pour tout le monde, mais ça peut toujours aider.

Oh, et je parlais de livres de philo, mais il y a aussi des romans de toutes les époques, des livres d’Histoire… tant que c’est dans le domaine public, ça marche ! Et on trouve pas mal de traduction pour les non-anglophones/non-hispanophones/etc.

Dans le même genre, il y a également le site francophone Ebooksgratuits.com qu’il ne me semble pas avoir déjà testé, mais ça m’a été recommandé par quelqu’un en qui j’ai confiance. Là encore, outre les formats d’ebooks classiques, vous avez l’option de télécharger le livre en HTML et en PDF.

Revendeurs et maisons d’édition

Une autre manière de lire des ouvrages gratuits sur son ordinateur est de télécharger :

  • soit, pour les fans d’Amazon, Kindle pour PC, qui permet de lire n’importe quel ebook (téléchargé à partir d’Amazon ou non) sur votre PC (en revanche chez moi l’application est toujours lente au démarrage), y compris des ebooks gratuits donc (ils sont nombreux sur Amazon, et, quand on sort du domaine public, certains éditeurs en proposent également) ;
  • soit, pour ceux qui préfèrent les autres revendeurs (Immatériel…), une application du type EPUBReader (pour Firefox), qui fait la même chose et s’ouvre dans votre navigateur Internet. Personnellement, je ne connais qu’EPUBReader, que j’ai pas mal utilisé avant d’avoir ma liseuse (notamment du temps du premier concours de nouvelles de Laska…). Il existe certainement d’autres applis tout aussi fiables pour les autres navigateurs tels que Chrome – si vous en connaissez, n’hésitez pas à les signaler en commentaire.

Je ne connais pas très bien la plupart des revendeurs, mais de ce que j’ai pu en voir il y a souvent des ebooks gratuits dans le lot (par exemple ici sur Amazon).

Bref, mine de rien, tout ça vous donne accès à plusieurs milliers de livres. Alors oui, la plupart datent un peu, mais comme je le disais plus haut, pas mal de maisons d’édition ont des titres gratuits, notamment sur leurs propres sites.

Quelques exemples dans ce que je connais :

  • Amère, de Jo Ann von Haff (éditions L’ivre-Book), une très courte nouvelle (mais complète) extrait de son recueil Pour une poignée de rêves ;
  • L’Appel de l’ombre (lien Amazon parce que je ne l’ai pas trouvé sur le site de l’éditeur), premier épisode de la série des Passeurs d’ombre par Anne Rossi (éditions Numeriklivres). Il n’est d’ailleurs pas rare que les premiers épisodes de séries soient gratuits : voir Les Enfants du feu, même auteure et éditeur, ou encore Les Foulards rouge de Cécile Duquenne (que je vais certainement lire d’ici la fin de la semaine ^w^), chez Bragelonne.
  • Il y en a également pas mal chez Laska, notamment Une promesse d’espoir, une jolie nouvelle de Suzanne Roy, ou encore le très populaire Pour un instant de vérité, de Pauline Libersart, que j’avais bien aimé également.
  • Oh, et, dans les séries, j’ai failli oublier un gros coup de coeur : La Brigade des Loups, de Lilian Peschet (Voy’el) !!
9782364751958

Graouh ❤

2. Autour de la lecture

De très nombreux forums permettent d’échanger sur nos lectures diverses et variées… et j’avoue que je n’en connais aucun. Il y a bien une section destinée à la critique/discussion d’oeuvres francophones chez CoCyclics, mais le forum lui-même est plutôt tourné vers l’écriture.

Heureusement, je connais un ou deux autres trucs.

Les sites de partages/recommandations/reviews

Je vais parler ici de celui que je connais le mieux (et que j’utilise intensément), à savoir Goodreads, mais il en existe d’autres, notamment Babelio et Booknode.

Le principe de ces sites, c’est un peu comme si Facebook rencontrait un club de lecture. L’utilisateur/trice se forme un réseau d’amis (ou pas, on peut très bien rester dans son coin) avec lesquels ielle partage ses lectures. En un clic sur Goodreads, on peut indiquer si un ouvrage est lu/en cours de lecture/à lire (« Want to read »).

Mais ça ne s’arrête pas là… petite liste non-exhaustive des choses qu’on peut faire :

  • En cours de lecture, indiquer où on en est dans le livre (en pages ou en %, très pratique quand on n’a pas de marque-pages sous la main mais un ordinateur à la place) ET ajouter une petite note (ou pas).
  • Partager automatiquement vos lectures/votre progrès sur Twitter et/ou Facebook (ou pas).
  • Une fois la lecture terminée, noter le livre (sur 5 chez Goodreads, avec une échelle spécifique : 1 – je n’aime pas ; 2 – ça va ; 3 – j’aime ; 4 – j’adore ; 5 – c’est génial) et y ajouter une review (ou pas).
  • À n’importe quel moment (tant que le livre est sur votre « bibliothèque », soit indiqué lu/en cours de lecture/à lire), classer l’ouvrage dans des « étagères » de votre choix (parmi les miennes : « jeunesse », « french », « fantastique-supernatural », « marvel », « terry pratchett »… oui je fais dans le bilingue).
  • Joindre un « challenge de lecture », soit se donner un objectif d’un certain nombre d’ouvrages à lire dans l’année (200 pour moi !).
  • Joindre un groupe sur un sujet précis (par exemple un groupe francophone, ou un groupe où on lit un classique par mois, ou un groupe où on échange sur ces livres qui ont été/vont être adaptés en film).
  • Avoir accès à des statistiques qui vous donnent le nombre de livres/pages que vous avez lu(e)s pour chaque année, le découpage en étagères correspondant, et même le nombre de livres lus pour chaque époque. (j’ai dit que j’aimais les statistiques ?)
stats2013

Une partie de mes statistiques pour 2013…

  • Faire des listes (j’aime les listes !) style « Meilleurs Young Adults francophones », « Meilleurs livres de 2013 » etc.
  • Voter chaque année pour les Goodreads Awards.
  • Devenir Librarian et ajouter vous-mêmes des fiches de livres à la base de données (je me suis amusée à faire toute l’oeuvre de Brussolo comme ça, par exemple, en ajoutant des livres/rectifiant des fiches existantes créées sans doute à une époque où le site n’avait pas autant de fonctionnalités… j’ai aussi fait ça pour quelques séries de livres lues quand j’étais plus jeune, ou pour ajouter des éditions francophones).

Le seul problème, en ce qui concerne Goodreads, c’est que le site est tout en anglais. Si vous n’êtes pas anglophone (ou préférez les sites francophones), vous serez certainement plus intéressés par les adresses mentionnés plus haut.

L’anglais n’étant pas un problème pour moi, j’ai choisi Goodreads tout simplement parce que :

  • c’est le premier site de ce genre dont j’ai entendu parler et
  • la plupart de mes ami-e-s y sont.

Plus d’un an après avoir commencé à vraiment utiliser le site, je suis complètement accro. J’adore établir cette longue liste de tous les livres que j’ai lus (quitte, donc, à les ajouter moi-même à la base de données), les classer, observer les statistiques. En outre, ça aide ma mémoire à long terme (malheureusement défaillante sur certaines choses) : en écrivant systématiquement ne serait-ce que quelques mots sur un ouvrage juste après que je l’aie lu (généralement dans les 24 heures), je me laisse une trace à consulter plus tard et qui me permettra de me rappeler les émotions ressenties à la lecture et donc, par association, certains détails.

VendrediLecture

Pour présenter cette initiative très intéressante, rien de mieux que cet extrait de la FAQ du site :

VendrediLecture est le premier évènement littéraire sur les réseaux sociaux et propose ainsi aux internautes francophones du monde entier de partager avec leurs lectures tous les vendredis sur Twitter ou sur Facebook. Un classement des livres les plus lus est effectué chaque semaine et des livres sont souvent à gagner.

Il s’agit donc de partager ponctuellement votre lecture du jour. Vous pouvez le faire chaque vendredi, en indiquant titre et nom d’auteur :

  • sur Twitter : grâce au hashtag #VendrediLecture
  • OU sur Facebook : en postant un message sur le mur de la page VendrediLecture.

Généralement, nous sommes un millier de lecteurs/trices à participer chaque semaine…

Quelques jours plus tard (le mercredi je crois ?), un bilan des lectures est posté sous forme de GoogleDocs, ce qui permet de voir quels ont été les livres et les auteur-e-s les plus lus. (Et donc, si vous avez bien suivi, vous savez déjà que j’adore, parce que statistiques et tout.)

Le lendemain, un tirage au sort permet d’offrir à quelques chanceuses/chanceux un livre, grâce aux éditions partenaires… et mine de rien, pas mal de personnes que je connais ont déjà gagné un livre… moi y comprise !

ledun-editions-OmbresNoires-policier-fichelivre

Je suis plongée dedans, c’est fascinant !

Le seul hic, c’est que la participation se fait sur les réseaux sociaux, et n’est donc possible que si vous y êtes. Cependant, en plus de Twitter et Facebook, l’initiative VendrediLecture est présente sur Google +, Hellocotton et Pinterest.

Eeet je pense avoir fait le tour, ceci conclut donc cet article.

Bien évidemment, personne n’est obligé de partager sa lecture nul part, et je comprends tout à fait ceux qui préfèrent ne pas le faire, ou qui n’en ont pas le temps. Moi-même, je dois avouer (au cas où ça ne transparaissait pas déjà suffisamment) que ce n’est pas tant le côté social de la chose qui m’intéresse que le côté plus… « listes et statistiques ».

En ce qui concerne la mise à disposition d’œuvres dans le domaine public, là, en revanche, je suis plus catégorique dans mon soutien. D’une part parce que, pour avoir été étudiante, je sais que les livres coûtent cher, et même si on ne nous demande jamais de posséder l’intégralité de la bibliographie, et même s’il y a toujours des possibilités d’occasion/revente, eh bien avoir accès à certaines œuvres gratuitement, ça soulage. (En plus, quand vous faites vos fiches sur ordinateur comme moi, pouvoir copier/coller l’extrait que vous étudiez/voulez souligner, ça n’a pas de prix.)

D’autre part (même si je crois fermement que oui, on a le droit de ne pas aimer lire), l’accès à la culture, y compris la littérature, est pour moi quelque chose d’important. Aussi, quand il n’y a plus lieu de rémunérer les auteur-e-s (rappelons qu’en France, une œuvre ne tombe dans le domaine public que 70 ans après le décès de toutes les personnes qui y ont contribué), je ne vois pas pourquoi leurs textes ne pourraient (voire, ne devraient) pas circuler gratuitement. (Je signale au passage que je ne veux pas rentrer ici dans le débat du téléchargement illégal, qui est pour moi une chose assez différente.)

Et vous, utilisez-vous ces outils ? Lesquels ? En connaissez-vous d’autres ? 😀

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s