Les corrections, c’est pas de la tarte

La date fatidique pour Chimères... s’approche et j’ai déjà un retour officiel grâce au site Toshokan (<3)… il n’est cependant pas trop tard pour parler d’un épisode de mes tribulations de jeune auteure : les corrections !

Quand j’ai reçu mon manuscrit avec les suggestions de corrections et que je l’ai ouvert la première fois, j’ai vu… ça :

correc1

Que du pas bon !

J’ai tout lu (j’aurais pas dû), en passant constamment du « grrr je suis incomprise >_< » à « buuuuuuh je suis nulle ;____; »

Évidemment, une fois que j’ai laissé passer quelques jours, je me suis rendue compte que ça ressemblait plutôt à ça :

correc2

Bien moins dramatique…

J’ai donc retroussé mes manches et je me suis mise au travail. Et du travail, il y en avait.

Par chance, j’ai toujours été assez douée en orthographe et en grammaire, donc ça ne m’a pas trop posé de problème. En revanche, il y avait pas mal de formulations maladroites, des répétitions, des incohérences… ah, et comme j’utilise pas mal de présent de vérité générale dans cette nouvelle, il a fallut s’assurer que ça collait (c’était pas toujours le cas).

J’ai commencé par suivre point par point les indications de ma correctrice (Emmanuelle Boileau), en acceptant ou refusant ses modifications au fur et à mesure. De temps en temps, je bloquais sur une phrase, alors je la mettais en gras pour y revenir plus tard (je fais ça même lors de mes propres corrections, voire quand j’écris). Peu à peu, mes pages noires de commentaires se sont ainsi éclaircies.

Une fois ce premier « désherbage » accompli, il fut temps de passer au second round. Cette fois-ci, j’ai relu tout mon texte (et pas seulement là où il y avait des fautes), arrangé une chose ici ou là, revu la plupart de mes passages en gras.

Au troisième round, j’ai passé le texte à Repetition Detector (un logiciel gratuit qui, ben, repère les répétitions). Et ça a fait mal. Il a donc fallu tout reprendre depuis le début, synonymes.com remplaçant le site du Bescherelle au titre de mon « meilleur ami du moment ». J’ai crisé. J’ai réécrit des phrases encore et encore jusqu’à ce que ça colle. J’ai copié collé des expressions sur la messagerie FB de ma soeur en lui demandant ce qui passait le mieux. J’ai effacé des trucs entiers avant de tout remettre.

J’ai dû parfois me résigner à l’idée que oui, il allait falloir la garder, cette répétition, sinon c’était pas possible.

Pour être honnête, je n’avais pas pensé que la phase des corrections serait aussi éprouvante. Je me suis découvert un perfectionnisme que je ne me connaissais pas, et qui explique également ma tendance à procrastiner : ce n’est pas vraiment par paresse que je remets toujours les choses au lendemain, mais par peur de ne pas être en mesure de bien les faire maintenant. Tout s’explique.

Si ça fait plus d’un an que je corrige le même roman, mon gros roman dont je suis si fière, c’est pas parce que j’ai la flemme de le faire, au contraire. Mais je passe et je repasse sur les mêmes détails, je change ça, et encore ça, et je vérifie les répétitions, et ça va pas, et du coup le reste du temps je n’ouvre même pas le document. Même chose pour la traduction de mes diplômes.

Bon, au moins, maintenant, je le sais. Et ça ne me décourage (presque) pas.

Enfin, après un dernier round de vérifications « histoire d’être sûre », je me suis forcée à envoyer la version finale à mon éditrice avant d’être tentée d’y rejeter un coup d’oeil (et de remettre cette dernière correction à plus tard, bien sûr).

Le pire, c’est qu’il y avait encore des trucs qui clochaient… d’où l’importance d’avoir un oeil neuf, je suppose.

Bref, retravailler mon bébé n’a pas été facile, mais je pense y être parvenue. Je ne doute pas qu’il reste encore une ou deux fautes, tapies au détour d’un paragraphe, et elles me sauteront dessus un jour où je ne m’y attendrai pas…

………………..

….. m’enfin, le mal est fait ^^;;;

Publicités

3 réflexions sur “Les corrections, c’est pas de la tarte

  1. Je n’ai rien compris avec ton exemple de batcat. XD Tu veux dire que tu as cru voir des corrections partout et qu’en fait il y en avait moins ? Et c’est pour ta nouvelle qui vient d’être publiée sur Laska, c’est ça ? ^^

    • Oui, c’est ça ! En fait, j’ai cru 1) qu’il y en avait tout plein et 2) que c’était plein de commentaires désagréables soulignant à quel point j’étais nulle. Bref, ne jamais ouvrir ce genre de fichiers tard/après une mauvaise journée XD

      • D’acc’. J’ai re-regardé les deux images et je comprends mieux (la différence avec les smileys, les points d’exclamation ou d’interrogation, etc.).
        Ah, ça peut le faire même avec un commentaire, ça, comme quoi ça vaut toujours le coup de relire les choses après un petit temps de pause. ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s